Serafino Malaguarnera - Psychologue, Psychanalyste, Psychothérapeute à Bruxelles

Av. d'Itterbeek, 9 - 1070 Bruxelles - Av. Louise, 505  Ixelles


 
 

  

                                                  L'anorexie mentale 

                    

 
Un peu d'histoire
 
                             
  Les symptômes
Critères diagnostics du DSM IV
 
 
Données épidémiologiques  
Bibliographie sur l'anorexie
 
     


 
 


                                              Un peu d'histoire   


   Bien que le mot anorexie fasse son apparition dans le domaine médical en 1584,  les premières descriptions cliniques de l’anorexie mentale commencent à partir du XVIIème siècle.

   Nous avons en 1669 la description de la « consomption nerveuse » de R. Morton, et en 1789  celle de la « maladie nerveuse avec dégoût des aliments » de Nadaud. Les descriptions de R. Morton nous donne déjà un tableau clinique détaillé de l’anorexie mentale: manque apparent d’appétit, refus de nourriture, aménorrhée, hyperactivité, constipation et cachexie. Cependant,  l’anorexie mentale comme entité clinique se constitue seulement à partir des  travaux de Ch. Lasègue en 1873 et W. Gull en 1874. Lassègue propose le terme de « Inanition hystérique » pour nommer cette pathologie qu’il considère comme une anomalie intellectuelle, un trouble centrale et héréditaire avec refoulement d’un souhait plus ou moins conscient. Gull  est le premier à proposer le terme  « Anorexie nervosa » décrit comme un état morbide causé par des troubles centraux et héréditaires. Quelques années plus tard, le terme « Anorexie mentale » est proposé pour la première fois par Ch. Huchard qui pose, en outre, une distinction entre anorexie gastrique et anorexie mentale. En 1895, Freud se penche aussi sur l’anorexie et propose un rapprochement entre mélancolie et anorexie .
 
   En 1908, Gille de La Tourette et  P. Janet  soulignent l’importance de la perception du corps chez les anorexiques. La Tourette soutient que les patientes souffrent d’un refus d’appétit plutôt que d’un manque d’appétit. De plus, il souligne la présence d’un trouble de la perception du corps et de la nourriture. Il pose, en outre, une distinction entre le refus de nourriture de l’anorexie mentale, qui serait relatif, et le refus de nourriture du psychotique, qui serait absolu. Dans l’observation du cas Nadia, Janet relève une obsession de la honte du corps, d’où l’origine névropathique du trouble de l’alimentation dans l’anorexie mentale, et  soutient l’idée que la crainte de l’embonpoint est liée à la honte du corps.
 
   Jusqu’en 1914, la plupart des cliniciens partage l’idée qu’il y aurait des causes psychologiques à l’origine de l’anorexie. Mais suite à la publication de Simmonds en 1914, qui explique que les détériorations de la glande pituitaire antérieure sont liées à la cachexie, l’anorexie est considérée en termes endocriniens par la plupart des médecins au cours des deux ou trois décennies suivantes. Cette publication engendre un débat entre l’organogenèse et la psychogenèse qui s’estompe avec la description de Sheehan de la nécrose hypophysaire  du post-partum en 1937. Aujourd’hui, ce débat a été repris par certaines conceptions psychosomatiques sous des termes différents. Dans les années cinquante, il y a  un retour massif des conceptions psychologiques de l’anorexie mentale. Les différentes formes de méthodes psychothérapeutiques, telles que la phénoménologie, la psychanalyse, l’approche comportementale et l’approche systémique apportent leurs contributions à l’échafaudage  théorique concernant l’anorexie mentale. Avant les années soixante, l’histoire nosographique de cette pathologie est marquée par le développement d’études psychopathologiques restées sous l’influence du modèle de la névrose et, à un moindre degré, de la psychose. A partir des années soixante, il y a un développement des critères de diagnostic de l’anorexie au niveau de la présentation clinique et  des études de l’organisation structurale de cette pathologie. Les critères d’évaluation ne prennent plus seulement en compte l’évolution des symptômes mais aussi les facteurs relationnels et de la personnalité.
 
   En 1965, à Göttingen se tient le symposium sous la direction de J. E. Meyer et H. Feldmann qui représente une occasion pour d’importantes contributions de H. Bliss, C. Branch, H. Thoma, S. Palazzoli, H. Bruch. Ce symposium est considéré comme un tournant dans la conception psychopathologie de l’anorexie mentale. Indépendamment de la diversité des conceptions psychopathologiques des participants, il y a trois conclusions communes partagées par les participants qui sont les suivantes :
 
- l’anorexie mentale a une structure spécifique ;
- le conflit essentiel se situe au niveau du corps et non pas au niveau des fonctions alimentaires sexuellement investies
- elle exprime une incapacité d’assumer le rôle génital et les transformations corporelles propres à la puberté.



Extrait du livre : Malaguarnera S., L’anorexie face au miroir. Le déclin de la fonction paternelle, L’Harmattan, Paris, 2010
                                              
                                                         

                                                                                    

 




Haut de la page






                                             Les symptômes    

L’anorexie est caractérisée par une obsession de la perte de poids. Cette obsession entraîne une série de conséquences, soit :
 
     -  des restrictions alimentaires importantes ;
     -  une perte de poids allant jusqu’à 50% ;
     -  des effets néfastes sur l’organisme : fatigue permanente, disparition des règles, insomnies, etc. ;
     -  l’apparition de certains comportements : vomissements, usages de laxatifs et de diurétiques, crises de boulimies, etc. ;
    -   certains troubles psychologiques peuvent apparaître : dépression, anxiété, dépendances aux drogues, des tendances suicidaires, etc. ;
 
Lorsque l’anorexie devient chronique et les restrictions alimentaires portent sur un grand nombre de repas, cette pathologie peut menacer la vie de la personne.


Haut de la page





 

                                                          Critères diagnostics du DSM IV     



 

  1.  Refus de maintenir le poids corporel au niveau ou au-dessus d’un poids minimum normal pour l’âge et pour la taille ;
  2.  Peur intense du prendre du poids ou de devenir gros, alors que le poids est inférieur à la normale ;
  3.  Altération de la perception du poids ou de la forme de son propre corps, influence excessive du poids ou de la forme corporelles sur l’estime de soi, ou déni de la gravité de la maigreur actuelle ;
  4.  Chez les femmes post-pubères, aménorrhée, c’est-à-dire absence de trois cycles menstruels consécutifs (en l’absence d’administration d’hormones).





 




Haut de la page
 



 

                                                                 Données épidémiologiques 




 

   Aux États-Unis, l'anorexie mentale est la troisième maladie chronique chez l'adolescente après l'obésité et l'asthme. Dans la tranche entre 15 et 19 ans, l’anorexie touche 0,48 % de la population. En France, les données épidémiologiques sont encore rares.
   L’anorexie mentale est un trouble essentiellement féminin, étant donné que 9 anorexiques sur 10 sont des filles.  Elle concerne essentiellement les jeunes filles de 12 à 20 ans, bien qu’elle puisse se manifester tout au long de l’existence.
   L’âge moyen des premières manifestations de l’anorexie se situe autour de 17 ans avec deux pics de prévalence au début et à la fin de ladolescence. Habituellement, plus l’anorexie mentale se déclare tôt, plus le pronostic est négatif.







Haut de la page


Accueil

Plan du site





Un site gratuit et détaillé pour apprendre à maigrir :

www.changersoncorps.com

Infos générales

  Thérapie Bruxelles, Tarifs

  Itinéraire

  Prendre contact
  Psychologue Bruxelles - Serafino Malaguarnera

   Cabinet privé
   Av. d'itterbeek, 9 - 1070 Bruxelles
   Rue Faider, 55 - 1050 Bruxelles
   
   02/523.14.30 - 0472/622.580

    

   


                                                                             Copyright © 2016 Psychologue Bruxelles. Tours droits réservés.
         


                               


 

Vidéo : Nouveauté - Lacan et Pascal: La topologie de la jouissance








 
   
   Site sur la Neuropsychanalyse
   Site sur l'Univers Infantile
   Site sur Lacan

   Wikipédia
   Chaine Youtube

   Psychologue Bruxelles 
   Serafino Malaguarnera

   Cabinet privé
   Av. d'itterbeek, 9 - 1070 Bruxelles
   Av. Louise, 505 - 1050 Bruxelles
   
   
02/523.14.30 - 0472/622.580

   
Thérapie Bruxelles, Tarifs
   
   Itinéraire


   Prendre contact
 
 

 Thérapie individuelle
  • Enfants
  • Adolescents
  • Adultes
 Thérapie de couple

Consultations en italien
Infos générales

  Thérapie Bruxelles, Tarifs

  Itinéraire

  Prendre contact
  Psychologue Bruxelles - Serafino Malaguarnera

   Cabinet privé
   Av. d'itterbeek, 9 - 1070 Bruxelles
   Av. Louise, 505 - 1050 Bruxelles
   
   02/523.14.30 - 0472/622.580

    Psychologue Belgique

    Lepsychologue.be
    Psyi.be

    

                                                              Copyright © 2018 Psychologue Bruxelles. Serafino Malaguarnera