Serafino Malaguarnera - Psychologue, Psychanalyste, Psychothérapeute à Bruxelles

Av. d'Itterbeek, 9 - 1070 Bruxelles - Av. Louise, 505  Ixelles


 
 




Gestalt-théorie

La gestalt-théorie est une théorie psychologique qui a mis en valeur les éléments de configuration dans le domaine de la perception et mis l’accent sur l’importance de la totalité dans la vie psychologique.
La gestalt ou théorie de la forme est née en Allemagne dans les années 20 sous l’impulsion de Max Wertheimer (1880-1943), Kurt Koffka (1886-1941) et Wolfang
lher (1887-1967). Cette théorie est née contre l’associationnisme du XIXè siècle parce qu’elle veut rendre compte de certains faits psychologiques qui sont rebelles à toute explication de type empiriste-associationniste. Elle emprunte son épistémologie à la philosophie phénoménologique.

Prenons l’exemple d’un carré. Lorsque nous observons un carré, nous percevons immédiatement une forme qui s’impose à notre perception sans que nous nous disions : « je perçois une figure composée de 4 angles droits et de 4 côtés égaux ». Nous percevons le carré dans sa totalité indécomposable, et cette totalité n’est pas réductible à la somme des parties. Cette expérience perceptive met en évidence l’écart et le désaccord entre ce que je perçois et le discours que je porte sur le perçu.
 
Prenons un autre exemple. Si nous observons le tableau suivant, nous percevons certaines formes, bien inférieures en nombre et en qualité à toutes les combinaisons que la logique pourrait y déceler.


 
                                              
 

Par exemple, en observant la figure a du tableau,  l’image du triangle s’impose malgré qu’il ne soit pas dessiné. La gestalt-théorie explique ce phénomène par des lois d’organisations qui préexistent à toute expérience. Ces lois sont celles de : fermeture, enveloppement,  continuité, proximité, similarité, symétrie, simplicité. Elles sont impératives et peu influençables par l’expérience. .

 

La gestalt repose sur les idées suivantes :

  • Notion de forme : les « formes » sont les représentations organisées que le psychisme projette sur la réalité pour lui donner sens.
  • Sensation et perception : la perception n’est pas une somme de sensation.
     
  • Notion  de champ et postulat d’isomorphisme : Köhler a postulé l’existence d’un isomorphisme de nature topologique entre trois types de champs : un champ physique, un champ cérébral et un champ perceptif.
     
  • Lois d’organisation perceptive : Wertheimer a énoncé les lois d’organisation perceptive. (Loi de la proximité, loi de similitude, loi de continuité).
     
  • Bonne forme : un percept tend toujours à prendre la meilleure forme possible.
  • Tout et parties : la perception ne procède pas par agrégation d’éléments isolés mais se   compose d’abord de « formes » et de configurations globales.
     
Bookmark and Share
 

Bibliographie


  • W. Köhler, Psychologie de la forme, 1929, Paris, Gallimard (collection "idées"), 1964 - La psychologie de la forme
  • P. Guillaume, La psychologie de la forme, 1937, Paris, Flammarion, 1979 - La Psychologie de la forme
  • V. Rosenthal & Y.-M. Visetti, Köhler, Paris, Les Belles Lettres, 2003

 

Catégories pouvant vous intéresser :

Autres publications pouvant vous intéresser :

Ajustement créateur

L’ajustement créateur, terme de Gestalt-thérapie, caractérise l'interaction active et personnalisée, et non l'adaptation passive et soumise....

 

GOLDSTEIN Kurt

Kurt Goldstein (1878-1965) est un neuropsychologue allemand et psychologue gestaltiste.    ...

 

                                                              Copyright © 2018 Psychologue Bruxelles. Serafino Malaguarnera
 



Créer un site
Créer un site