Serafino Malaguarnera - Psychologue, Psychanalyste, Psychothérapeute à Bruxelles

Av. d'Itterbeek, 9 - 1070 Bruxelles - Av. Louise, 505  Ixelles


 
 




Affect



Extrait de “
Dictionnaire de neuropsychanalyse" de Serafino Malaguarnera, 12 octobre 2016, pp. 15-16.

Allemand : Affekt — Anglais : Affect.                                                                                                            

La notion freudienne d’affect (1) se réfère à la perception physique d’une expérience assez forte et, le plus souvent, à une théorie quantitative des investissements où l’affect est conçu comme l’expression qualitative de la quantité d’énergie pulsionnelle et de ses fluctuations. Lorsque Freud se réfère seulement à l’aspect quantitatif de l’affect, il utilise l’expression quantum d’affect. Dans l’œuvre de Freud, la conception théorique sur l’affect renferme donc en soi deux aspects : un aspect subjectif — perception qualitative — et un aspect énergétique — quantum d’affect. En réponse à l’activation d’un mécanisme de défense, l’affect se sépare de la représentation et peut subir trois destins différents : la conversion, le déplacement ou la transformation (2).           
                                                                                        ----------------------------------------------                                          
Selon Ariane Bazan (2007), on trouve chez Freud l’idée d’une mobilisation du corps concernant le vécu de l’affect et la description en deux temps de l’affect. Ainsi, dans l’écrit L’inconscient (1915a), Freud définit les affects comme des processus de décharge dont les manifestations finales sont perçues comme sensations. Cette articulation en deux temps de l’affect apparaît dans d’autres textes lorsque Freud (1915 b, 1916) le décrit comme un état qui comprend, d’abord, certaines innervations et, ensuite, certaines sensations ; il y a donc une distinction entre les excitations motrices d’une part et leur perception de l’autre. Il serait alors possible de proposer un rapprochement entre la conception de Freud sur l’affect et la description du processus affectif développée par Antonio Damasio (Damasio et coll., 1998 ; Damasio, 1999) qui s’articule également en deux temps. En premier lieu, il y a une mobilisation du corps en réponse à certains stimuli spécifiques sous forme de modifications physiologiques et de comportements stéréotypés. Cette mobilisation du corps correspond à ce qu’on appelle une émotion. Les représentations de ces modifications transitoires de l’état de l’organisme se font au niveau des cartes neuronales, présentes à différents niveaux tant corticaux que sous-corticaux. Dans un deuxième temps, il y a le ressenti de cette émotion, ce qu’on appelle le sentiment qui fait partie du vécu de l’affect. Les sentiments sont des perceptions comme, par exemple, des perceptions visuelles. La différence entre les deux réside uniquement dans la nature de l’objet. Celui des perceptions visuelles est un objet extérieur, alors que pour les sentiments, les objets et les événements originaires se trouvent dans le corps plutôt qu’à l’extérieur du corps.                                                                                                                          
La conception de l’émotion comme un premier temps de l’affect et l’activation motrice du corps interne se retrouve également chez le neuroscientifique Jaak Panksepp (1998) qui, en plaidant pour la reconnaissance de l’affect en neurosciences, propose le concept d’emotional operating systems. Jaak Panksepp propose également un concept du sentiment proche à celui d’Antonio Damasio lorsqu’il parle de la conscience primaire affective. Ainsi, il y a une convergence entre les points de vue de Freud, Damasio et Panksepp concernant la description de l’affect en deux temps : la réaction du corps à un stimulus par une mobilisation motrice, nommée émotion, et les changements du corps qui, en se fixant sur des cartes neuronales, donnent lieu au sentiment ou au ressenti de l’affect (Bazan, 2007).                                                                                                     
________________

1. Le terme français affect traduit l’allemand affekt, repris par Freud et Breuer (1895) de la psychologie et philosophie, et il apparaît en 1908.                                                                 
2. Voir : Clivage de la conscience

Bibliographie :                                                                                                                                                   
Bazan A. (2007), Des fantômes dans la voix. Une hypothèse neuropsychanalytique sur la structure de l’inconscient, Montréal, Éditions Liber, Collection Voix Psychanalytiques. Damasio A.R, Grabowski T.J., Bechara A., Damasio H., Ponto L.L.B., Parvizi J., Hichwa R. D. (1998),  Subcortical and cortical brain activity during the feeling of self-generated emotions, Nature Neuroscience, 3, 1049-1056.                                                                            
Damasio A. R. (1999), Le Sentiment même de soi : corps, émotions, conscience, Odile Jacob, 1999.                                                                                                                                          
Freud S. (1915 a), L’inconscient, in : Œuvres complètes, XIII, Presses Universitaires de France, 1988.                                                                                                                                                         
Freud S. (1915 b), Le refoulement, in : Œuvres complètes, XIII, Presses Universitaires de France, 1988.                                                                                                                                              
Freud S. (1916-1917), Introduction à la psychanalyse, Payot, 1975.                                                      
Laplanche J., Pontalis J.-B. (1967), Vocabulaire de la psychanalyse, PUF.                            
Panksepp J. (1998), Affective neuroscience: The foundations of human and animal emotions, Oxford University Press.

Compléments :                                                                                                                                                  
Bazan Ariane, Damasio Antonio, Panksepp Jaak

 



Catégories pouvant vous intéresser :

Autres publications pouvant vous intéresser :

Psilocybine

Anglais : Psilocybin   La psilocybine est un précurseur de la psilocine et le principal composant des champignons hallucinogènes.                                         &nb...

 

Psychodynamic Diagnostic Manual (PDM)

Le Psychodynamic Diagnostic Manual (PDM) est un manuel diagnostique d’orientation psychanalytique. Ce manuel se différencie du DSM pour la prise en compte à la fois des variations individuelles à la fois des points en communs. ________________ Bibliographie :&...

 

Psychoanalysis Neuroscience Study Group

En 1990, Arnold Pfeffer  fonde le Psychoanalysis Neuroscience Study Group  (groupe d’étude sur la psychanalyse et neurosciences) à la New York Psychoanalytic Institute (la NYPI). Au départ, ce groupe d’étude est un petit groupe composé d...

 

Binding problem

Extrait de “Dictionnaire de neuropsychanalyse" de Serafino Malaguarnera, 12 octobre 2016, pp. 62-63. Français : Problème du liage perceptif Le binding problem ou problème du liage perceptif est le problème de l’unification des différ...

 

Neurosciences affectives

Voir : Panksepp Jaak   ...

 

                                                              Copyright © 2018 Psychologue Bruxelles. Serafino Malaguarnera
 



Créer un site
Créer un site